CULTURE // LIFESTYLE // SPORT // KESKONFÈ // BUZZINESS // BUZZVISIO

Buzzmag 29

Buzzistwa Special 22 Mai L’abolition de l’esclavage en Martinique à travers le regard de Romain

Ce matin-là, le 20 mai 1848, j’apportai mon tambour pour encourager mes frères sur l’habitation Duchamp. Je savais que cela avait été interdit par « MisiéDuchan », mais cela m’était égal car je voulais encourager mes camarades qui « gragent », matin, midi et soir le manioc.

Donc, vers la fin de soirée, je jouais du tam-tam pour donner la force à mes frères pour « grager » le manioc. Bien sûr, le fils Duchamps, géreur de l’habitation, m’a ordonné de cesser d’en jouer. Protestant contre lui, celui-ci alla porter plainte au maire de Saint-Pierre, Husson. Il a même prétexté que je l’ai bousculé. Je fus injustement conduis à la prison de la ville.

La nouvelle se répandit comme une trainée de poudre dans les habitations de l’île… Esclaves et libres de toutes les communes, affluent vers la ville pierrotine, pour demander ma libération. J’entendis même la coque de lambi alertée ceux du Prêcheur.

Le maire Husson souhaite disperser la foule et demande à une cinquantaine d’hommes de s’en charger. Heureusement, l’adjoint au maire, Pory-Papy, intervient de justesse pour me faire relâcher, évitant le massacre…

J’étais heureux ! Je retrouvais enfin mes camarades ! La foule se dispersa alors et ceux qui habitaient au Prêcheur, retournèrent joyeusement dans leur commune… Mais ils se heurtèrent à une troupe militaire, commandée par le maire préchotin, Huc, qui donna l’ordre d’ouvrir le feu sur une foule non armée. Le drame se produit en fin d’après-midi du 21 mai 1848… 25 tués et une cinquantaine de blessés.

C’en était trop ! Presque deux siècles d’esclavage ! Nous voulions notre liberté, celle qu’ils nous refusent depuis des années. L’île devient, en quelques heures, une poudrière ! Le gouverneur Rostoland, dépassé par les évènements, déclare officiellement, le 23 mai 1848, que l’esclavage est aboli.

Quand mes oreilles entendirent ces mots… Mon corps se relâcha et mon esprit se libéra… J’étais libre ! Moi, Romain, plus esclave mais libre !

Par Melody Moutamalle de Limièkilti

Source photo: https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/22-me-liberation-au-bout-longue-attente-591251.html