CULTURE // LIFESTYLE // SPORT // KESKONFÈ // BUZZNESS // BUZZVISIO

Buzzmag 29

Buzzistwa #4 Un des rares survivants de l’éruption de 1902 : Léon compère

Il s’appelle Léon Compère, dit Léandre. Il est né à Saint-Pierre en 1874, 26 ans après la proclamation de l’abolition de l’esclavage dans la ville.

Léon Compère était cordonnier à Saint-Pierre.Il habitait au pied du morne Abel, dans une maison située à l’angle du Boulevard et de la rue de la Fontaine, un peu plus au sud de la prison de la ville. Sa demeure était précédée d’une cour et d’un jardin et n’avait pas vue directe sur la Montagne Pelée, lui permettant ainsi d’être abritée par un repli du morne Abel.

Une vie tout à fait normale pour un jeune pierrotin de 28 ans, cordonnier et ayant son commerce au quartier le Mouillage. Il ne se doute pas que sa vie bousculera un 8 mai 1902.

Le matin de ce jour-là, le ciel était clair… Cependant, de violentes détonations de la Montagne Pelée, viennent briser ce silence parfait et une nuée noire ardente et accompagnée d’éclairs, arrive rapidement sur la ville.

En entendant ce bruit assourdissant, Léon Compère regarde la rade, sur le pas de sa porte, surpris sans doute par la violence du bruit. Celui-ci ressent un souffle monstrueux et n’a le temps que de s’abriter sous une table.

Il s’en sort avec de grandes brûlures aux bras, aux jambes et à la poitrine et des images de cadavres brulés, ancrées à jamais dans son esprit. Recueilli par des secouristes à Fonds-Saint-Denis, il est hospitalisé à Fort-de-France. Dès sa sortie, il tient à être incorporé dans la milice chargée d’empêcher les pillages dans la ville anéantie.

Le survivant méconnu meurt, célibataire, en 1936.

Par Melody Moutamalle de Limièkilti

Source de l’image :https://www.retronews.fr/catastrophes/long-format/2018/03/28/leruption-de-la-montagne-pelee-en-1902