CULTURE // LIFESTYLE // SPORT // KESKONFÈ // BUZZINESS // BUZZVISIO

Buzzistwa #31 L’Histoire du Carnaval de Martinique

Notre Carnaval prend naissance à l’époque coloniale, dans les percussions et les chansons que les esclaves avaient inventé pour l’occasion. Ce sont donc avec tambours, ti bwa, toutoune, bambou et conques de lambis, que les esclaves défilent et organisent même des convois, parfois déguisés en maître.

Ce moment de parenthèse fêtarde a été importé de l’Europe lorsque les colons arrivent en Martinique et installent le système d’habitations. Le neveu de Belain d’Esnambuc, Jacques Dyel Du Parquet l’introduit comme un temps de fêtes et de buverie quelques jours avant la période de Carême, période de pure chasteté et de sanctification.

Les esclaves domestiques participent bien évidement aux préparatifs et assurent le service pendant les réceptions, tandis que les « nègres à talents » – esclaves ayant un talent spécifique – animent les fêtes et jouent des morceaux de musique pour faire danser les invités. Durant ces soirées très alcoolisées, les maîtres s’amusent et se relâchent et la fête à tendance à « déborder » les rues cases nègres des habitations. C’est ainsi que sont remplacés les clavecins, violons et violoncelles par nos instruments à percussion.

De cette époque, jusqu’à la libération de 1848, le Carnaval martiniquais traverse les temps et Saint-Pierre concède un laboratoire parfait de perfectionnement de ce dernier puisque les nouveaux affranchis en façonnent les contours. Ainsi, la plupart de nos personnages sont nés tels que : Mariann La Po Fig, Caroline ZiéLoli et les Nèg GwoSiwo…

Même l’éruption de la Montagne Pelée de 1902, n’éteint pas cette flamme carnavalesque qui trouve, dans les rues de Fort-de-France, une manière de pérennisation.

C’est ainsi que notre Carnaval est devenu ce qu’il est aujourd’hui, enrichi de personnages, de chansons ironiques et du grand Vaval, roi du Carnaval, brûlé vif chaque Mercredi des Cendres et qui marque la fin des mariages burlesques du Lundi gras et de la sortie de Diables rouges, le Mardi gras… Marquant la fin du Carnaval et le début du Carême !

Par Melody Moutamalle de Limièkilti

Source de l’image : https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/aux-origines-du-carnaval-entre-traditions-europeennes-africaines-803249.html