Office de l’Eau Martinique

Les MISSIONS de l’ODE

maquette

AMÉLIORER
Améliorer la connaissance est l’un des objectifs de l’ODE, notamment par l’étude et le suivi des ressources en eaux, des milieux aquatiques et littoraux et de leurs usages.

FÉDÉRER
Administré par un conseil réunissant des membres de tous horizons, l’ODE fédère les acteurs de l’eau et de l’environnement avec des actions basées sur la concertation et la coordination.
C’est d’ailleurs le cas au-delà des frontières : l’établissement peut en effet mener des actions de coopération internationale dans le domaine de l’eau et de l’assainissement.

FACILITER
L’Office De l’Eau Martinique facilite les actions des maîtres d’ouvrages (services déconcentrés de l’Etat, établissements publics et privés) en leur apportant conseils, assistance, technique et formation. Il facilite également la compréhension des enjeux de l’eau et des milieux aquatiques par des actions d’information et de sensibilisation.

FINANCER
Selon le principe pollueur-payeur, L’Office De l’Eau Martinique collecte des redevances qui permettent le financement d’actions de préservation de la ressource en eau. Sur proposition du Comité de Bassin, l’ODE assure ainsi la programmation et le financement d’actions et de travaux dans le cadre du programme pluriannuel d’intervention : amélioration des techniques d’assainissement, mise en place de dispositifs d’économie d’eau, réalisation de campagnes de sensibilisation, animation de l’Observatoire de l’Eau …

 

Des MÉTIERS et des HOMMES

Service technique : Pôle études et prospective

Gaëlle HIÉLARD, Ingénieure en environnement
gaelleDUT Génie de l’environnement, Licence Biologie des Ecosystèmes, Master II Anthropisation des écosystèmes et diplôme de l’Institut National Polytechnique.
Gaëlle HIÉLARD est en charge du suivi des politiques de territoire, de l’évaluation environnementale et des études socio-économiques. Elle assure également la fonction de chef du service « Etudes et prospective » : « Je gère tout ce qui est lié au « Contrat de territoire » : fédérer les politiques pour protéger les milieux, trouver des accords entre les usagers, les élus, les administrations… mettre en en place des partenariats pour la protection des milieux, fédérer des acteurs comme l’Université, le Parc Naturel Régional… j’assiste également la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL) pour la gouvernance du Comité de Bassin, sorte de « Parlement de l’eau ». Je dois aussi faire de l’évaluation des politiques publiques. Par ailleurs, je travaille sur le champ des Sciences Humaines et Sociales : tarification sociale de l’eau, efficacité d’un plan d’action au regard des coûts… ou réalisation d‘une étude sur la relation des Martiniquais au milieu aquatique. Pour terminer, je suis aussi en charge de la coopération décentralisée. »

Sylvie BOUDRÉ, Ingénieure environnement – eau
sylvieLicence de Mathématiques, Master 1 Sciences et Génie de l’Environnement (SGE) et Master 2 Systèmes Aquatiques et Gestion de l’Eau (SAGE).
Sylvie BOUDRÉ mène aujourd’hui 2 missions : l’assistance technique aux maîtres d’ouvrage et la formation des professionnels de l’eau : « En assistance technique, je réalise des études en eau potable, pluvial, assainissement pour permettre le développement d’outils adaptés par les collectivités et les gestionnaires en eau. Je conseille et assiste également les collectivités et syndicats de façon à harmoniser l’action dans le domaine de la gestion de l’eau sur tout le territoire. Je fais par ailleurs remonter les problématiques du territoire au niveau national pour une adaptation des textes règlementaires. Dans le domaine de la formation, je mets en place ou réalise des formations ciblées et
adaptées pour des institutions, visant l’amélioration de la gestion de l’eau et de la qualité des milieux aquatiques.»

Julie GRESSER, Ingénieure en environnement
julieDiplôme d’ingénieur agronome avec une spécialité en « Gestion de l’Eau, des Milieux cultivés et Environnement » (GEME).
Julie GRESSER est en charge du suivi de la qualité des milieux aquatiques : eaux souterraines, cours d’eau et littoral : « Je coordonne le réseau de suivi de la qualité chimique et biologique des milieux aquatiques ainsi que des études de connaissances qui se font par le biais de prestataires spécialisés ou en régie pour la chimie des cours d’eau. J’apporte également mon assistance technique sur d’autres suivis (étang des salines avec le conservatoire du littoral, plan d’eau de la Manzo avec la CTM…) ou lors d’interventions dans des formations.»

Anne-Lise BELLANCE, Ingénieure des milieux aquatiques et des corridors fluviaux
anneliseCursus d’ingénieur en gestion des cours d’eau.
Anne-Lise BELLANCE est en charge de la collecte et de l’administration des données sur l’eau : «J’assure l’animation et de la coordination des équipes qui se déploient sur le terrain afin de collecter les données qui permettront de qualifier l’état du milieu. Je suis aussi le relais du Service d’Administration National des Données et Référentiels sur l’Eau (SANDRE) pour le bassin martiniquais. Cela consiste en la promotion (de l’utilisation) d’un langage commun sur l’eau pour faciliter les échanges de données entre partenaires et usagers. Je suis aussi chargée de l’appui technique à l’entretien et à la restauration des rivières.»

Service technique : Pôle intervention

Loïc MANGEOT, Ingénieur eau et assainissement
loicDiplôme d’ingénieur agronome avec une spécialisation en Génie rurale et hydrologie complété
d’un Mastère en gestion de l’eau.
Loïc MANGEOT est Directeur Général adjoint de l’ODE et chef des services techniques : « Mon
quotidien comporte une forte part de représentation auprès des institutions, politiques, collectivités et
plus généralement des acteurs de l’Eau. Par ailleurs, étant responsable de l’ensemble des services techniques et de l’Observatoire de l’eau, mon travail consiste aussi à piloter l’activité, faire les validations nécessaires, organiser le travail et faire toute la programmation : préparer les conseils d’administration, suivre l’exécution des actions… Management, programmation, suivi de convention et gestion sont mes principales fonctions. »

Gladys AMORY, Technicienne environnement
gladysDEUG Sciences de la Matière, BTS Biochimie et Licence Professionnelle Production Industrielle,
Procédés Propres & Environnement en IUT génie chimique.
Gladys AMORY est en charge de l’instruction des demandes de subventions : « Mon poste transversal m’amène à côtoyer différents services, secteurs d’activités et projets (travaux, études, sensibilisation…). Il est constitué d’une partie administrative avec l’instruction des dossiers. Je vais également sur le terrain pour rencontrer les porteurs de projet, vérifier les lieux et constater la conformité de ce qui a été subventionné. Je participe par ailleurs à des réunions avec des partenaires. Ma passion pour l’environnement m’a permis d’aborder divers aspects du métier et les formations prévues dans le cadre de nos emplois ont contribué à l’amélioration de mes compétences et à mon adaptabilité. »

Stéphane LOUIS-JOSEPH, Technicien environnement
stephaneBac + 2 en environnement industriel.
« Je suis chargé du traitement des dossiers de déclaration des redevances de bassin : la redevance pour prélèvement sur la ressource en eau et les redevances pour pollution (domestique, industrielle, dans l’élevage et les produits phytopharmaceutiques). Des campagnes de contrôle sur site permettent de
vérifier les éventuelles erreurs ou omissions sur les déclarations. »

 

Service communication

Aline POPULO, Chargée de communication
alineEn charge de la mission information et sensibilisation et de la coopération institutionnelle, elle coordonne également les actions de coopération internationale.
« Afin d’améliorer la connaissance sur l’eau et les milieux aquatiques, nous menons des projets d’information et de sensibilisation de la population, soit à travers la vulgarisation technique des études que nous menons, des campagnes de communication, des conventions de partenariat ou encore des animations et des projets pédagogiques. Cela peut également consister à soutenir des initiatives bénéfiques à la gestion de l’eau et des milieux aquatiques. En matière de coopération, il s’agit de partager nos connaissances et d’échanger des savoir-faire, mais à une échelle plus large.»

Christelle GRAT, Animatrice
christelleAu sein du service communication de l’Office De l’Eau Martinique, sa mission est de concevoir des
projets et des animations pédagogiques sur l’eau et l’environnement.
« Les animations étant menées à destination d’un large public – scolaires, accueils de loisirs et grand public – nous réalisons, valorisons et adaptons des outils pédagogiques comme les malles pédagogiques, les panneaux d’exposition, les affiches… C’est un métier passionnant, qui demande un excellent relationnel avec le public, notamment avec les scolaires. Nous sommes en contact direct avec la population Martiniquaise, pour mieux les sensibiliser à la préservation de l’eau et des milieux aquatiques. »

Observatoire de l’eau

Guillaume RAIMBAUD, Technicien SIG (Système d’Information Géographique)
guillaumeMaitrise de Géographie et formation sur les «Méthodes et Techniques des systèmes d’Informations Géographiques ».
Guillaume RAIMBAUD est géomaticien (contraction de géographe et d’informaticien). Il est chargé
de la gestion du SIG et des bases de données de l’Observatoire de l’Eau : « Mon travail consiste à
rassembler et mettre en forme les données sur l’eau et les milieux aquatiques produites en Martinique.
L’objectif est ensuite de les diffuser auprès du grand public et des professionnels sous forme de cartes,
de graphiques et d’articles, notamment via le site : www.observatoire-eau-martinique.fr»

Jean ROGISTER, Ingénieur
jeanMaîtrise en écologie, Licence professionnelle en Gestion des ressources satellitaires au service de l’aménagement du territoire et Mastère spécialisé en Gestion de l’Eau.
Jean ROGISTER est Responsable de l’Observatoire de l’Eau, un projet partenarial qui a pour mission de rassembler, valoriser et diffuser les données sur l’eau et les milieux aquatiques en Martinique à destination du grand public, des professionnels et des décideurs : « En tant que responsable de projet de diffusion de l’information, mon quotidien professionnel va de la gestion administrative, budgétaire et réglementaire à des actions plus techniques : choix des solutions, encadrement des techniciens, mise en place de conventions d’échanges de données, animation du réseau des acteurs, rédaction de programmes d’actions et bien sûr leur mise en oeuvre. »

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.